La Chine, deuxième puissance économique mondiale après les Etats-Unis, n’a cessé d’étonner le monde par son essor économique depuis plus de deux décennies. Les yeux sont cependant rivés vers ce pays qui, semble-t-il, passe par une phase quelque peu nébuleuse ces dernières années, quitte à faire penser certains observateurs de l’économie mondiale que l’économie chinoise « croule » à petit feu.

Effondrement de la consommation énergétique

chine

Le ralentissement des activités économiques du pays serait la principale raison qui a poussé certains économistes à évoquer ce possible plongeon vers la récession. En effet, les industries chinoises ne formulent quasiment plus de commandes en énergie pour faire tourner leurs moulins. Parallèlement à cette forte baisse s’ajoute le coût de la main d’œuvre qui a grimpé de près de 15% depuis quelques années. Ce qui a induit la croissance de l’économie à moins de 2% l’année dernière.

Un chiffre effectivement alarmant et qui, d’ailleurs, ne cesse de régresser depuis des années alors qu’on était habitué à une Chine avec une croissance économique annuelle à deux chiffres auparavant.

Plusieurs invendus dans le secteur immobilier

La chute des valeurs immobilières n’est pas en reste. Si l’avancée des constructions palliait en effet ce recul des industries chinoises, on peut d’ores et déjà dire que la Chine ne pourrait plus compter sur les effets ricochets du boom des constructions (hausse des prêts bancaires, enrichissement…), vu la réticence de la consommation en la matière.

A savoir que si en 13 ans, la valeur immobilière pékinoise était multipliée par quatre, plusieurs opérateurs immobiliers s’étouffent actuellement sous les invendus. D’autres amoindrissent par ailleurs la valeur de leurs biens jusqu’à 60% de leurs prix initiaux.

Stagnation et non récession !

« Mais l’apparence peut être, parfois, trompeuse », souligne d’autres économistes. « Le mot ‘récession est lourd de sens. On doit plutôt parler de stagnation économique », précisent-t-ils. Si l’on en croit leurs explications, en effet, ce recul des activités industrielles s’explique par la surproduction industrielle qui dépasse largement la demande et qui a induit les opérateurs à revoir leur volume de production.

Ces derniers évoquent également la concentration des stratégies chinoises vers la « conquête de l’Afrique ». En ce sens, la Chine a investi depuis un peu plus de cinq ans une importante somme d’argent dans plusieurs pays africains. Des investissements qui ne rapporteront que dans une dizaine ou une vingtaine d’années mais qui risqueraient aussi, par la même occasion, de faire reculer d’une place les Etats-Unis sur le rang des puissances économiques mondiales.


Categories: Economie

Continue Reading...

made in morocco

La Chine, deuxième puissance économique mondiale après les Etats-Unis, n’a cessé d’étonner le monde par son essor économique depuis plus de deux décennies. Les...

Read Post
e-commerce

La Chine, deuxième puissance économique mondiale après les Etats-Unis, n’a cessé d’étonner le monde par son essor économique depuis plus de deux décennies. Les...

Read Post